14 janvier 2010

Splendeurs et misères du Noir Blanc


"Pleasantville"

À la suite du post sur la Master Class Kodak consacrée au Noir et Blanc, Ilan m'a demandé pourquoi les clips français tournés en Noir et Blanc ont moins de « gueule » que des clips nord-américains comme ceux de Beyonce par exemple.

Je suis sincèrement persuadé qu'on ne peut pas généraliser puisque nous avons droit de temps en temps à des films noirs et blancs bien français dont les images riches et profondes rivalisent avec celles de clips US. Luc Besson avait confié à Thierry Arbogast la photo NB d'Angel-A, à mon avis très réussie (tourné en couleurs et étalonné par Fabien et Yvan Lucas, les stars de la discipline). À une autre époque, le Français Henri Alekan créait des images en noir et blanc qui figurent encore parmi les plus belles de l'histoire du cinéma.


De nos jours, il faut pas mal de courage pour faire du NB. D'abord il faut réussir à convaincre le réalisateur que la couleur n'est pas un paramètre nécessaire pour son film. Ensuite c'est le producteur qu'il faut persuader (c'est parfois un peu plus cher, et les distributeurs ne sont pas forcément très emballés à l'idée de sortir un film en NB).


Il faut ensuite avoir une certaine expérience avec ce médium pour pouvoir jouer avec toutes les nuances et toutes les subtilités qu'il renferme.

Je pense que c'est un savoir-faire qui se perd peu à peu, et que les chefs opérateurs n'ont que très peu d'occasions de s'exercer sur la palette "réduite" du NB. On a l'impression qu'ils en redécouvrent à chaque fois et au cas par cas, les possibilités, les pièges et les plaisirs.

Tourner en noir et blanc, c'est en effet bien plus complexe qu'il n'y paraît. Et tourner en couleurs pour finir en NB aboutit trop souvent à des résultats approximatifs. Le travail effectué sur "Pleasantville", un film où le NB et les couleurs cohabitent sur l'écran, est encore aujourd'hui cité comme exemplaire. Mais il a coûté cher, mené à bien par des perfectionnistes soutenus par une production bien décidée à mettre la barre très haut. C'est donc une exception.
Malheureusement elle sert aujourd'hui de prétexte à bon nombre de co-producteurs timorés - des télévisions surtout - qui exigent qu'un film de cinéma comme "Angel-A" ou "Le Ruban Blanc" soient tournés en couleurs, en cas de diffusion ultérieure sur les petits écrans.

Sur le plateau d'un film Noir et Blanc, les couleurs n'ont pas disparu des visages et des décors, elles sont interprétées diversement par les capteurs ou les négatifs. Il s'agit donc de jouer avec la façon dont ils vont traduire les différentes couleurs en valeurs de luminances. Tel rouge va devenir un certain type de gris sombre, alors que tel vert olive apparaîtra gris clair.

Sur un tournage en NB, on utilise souvent des filtres de couleur assez intenses pour ventiler les couleurs dominantes à des endroits spécifiques de la palette des gris. L'un des exemples les plus frappants de l'utilisation de filtres est sans doute le "Soy Cuba" de Mikhaïl Kalatozov, chefopé par Sergei Urusevsky. Dans le domaine des filtres colorés utilisés sur des plateaux noirs blancs, les secrets des grands chefs op du passé auront bientôt tous disparus. Je pense par exemple qu'une partie de la somptueuse beauté du "Europa" de Lars Von Trier est due à la présence derrière la caméra du vétéran danois Henning Bendtsen.

Comme je l'avais écrit précédemment je crois, la couleur est aujourd'hui un choix « par défaut ». On ne tourne pas en couleurs pour se servir de leurs valeurs expressives ou symboliques, mais parce que tout le monde le fait.

7 commentaires:

  1. Anonyme15.1.10

    Bonjour Pascal,

    J'avais cru comprendre également que dans certains cas, surtout en studio je pense, les décors des films en noir et blancs étaient eux-même peints dans différentes valeurs de gris. Est-ce une "légende" ou cela s'est-il fait dans certains cas?
    Et si cela s'est fait? A-t-on "éclairer" uniformément l'arrière plan pour ne soigner uniquement que l'éclairage des visages ou bien a-t-on joué sur les deux paramètres (peinture en N etB et légères retouches des contrastes avec la lumière)??

    Samuel

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai Samuel, dans certains cas on peut se permettre de peindre les décors, et choisir des costumes qui sont déjà proches des valeurs tonales du NB. Ca va parfois jusque dans le choix de fonds de teint.

    Jusque dans les années 1920, les pellicules étaient exclusivement orthochromatiques (très peu sensibles aux rouges, et très sensibles aux bleus et aux verts), les visages devaient donc être maquillés en bleu - bleus à lèvres entre autres - pour avoir l'air réalistes en projection.

    Dans certains films expressionnistes, les ombres étaient même peintes sur les murs. Une technique que les Allemands et autres Européens ont apporté aux USA après avoir fui les régimes totalitaires entre la fin des années 20 et le début des années 30.

    Dans le domaine du film NB, l'imagination semblait n'avoir aucune limite. On a beaucoup régressé avec l'arrivée du parlant (caméra alourdies, nouvelles pellicules plus réalistes) et de la couleur (triomphe du naturalisme).

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme16.1.10

    Salut Pascal,

    à propos de Soy Cuba, dans le plan d'ouverture la caméra survole une rivière et une forêt de palmiers. Les arbres et la végétations sont très éclatant. A ton avis quel filtre on t il utilisé pour faire éclater les verts à ce point.

    Lucien
    et…merci pour ton blog !!!

    RépondreSupprimer
  4. Sur ce film ils ont utilisé beaucoup de filtres infrarouges pour les paysages. Mais en général il y a une règle: si tu veux éclaircir une couleur, tu mets un filtre de la même couleur. Inversément, si tu veux l'obscurcir, tu places un filtre de la couleur complémentaire.

    RépondreSupprimer
  5. sneakers shoes
    Nike Tn
    he was interrupted,
    discount nike shoes
    nike shox r4
    tn dollar
    He replied, "Yes......you are right! I haven't been looking for anyone for the past years."
    With that, the man darted across the floor and out the door,
    cheap nike shoes
    All along he has found his girl.
    nike tennis shoes That was why he did not bother to look further when he realized she was not coming back. It was not any specific girl he was seeking!
    cheap nike shoxIt was perfection that he wanted, and yes.....perfection!!
    Relationship is something both parties should work on. Realizing that he had let away someone so important in his life, he decided to call her immediately. His whole mind was flooded with fear.
    free shipping shoes He was afraid that she might have found someone new or no longer had the same feelings anymore..... For once,
    Paypal Credit card Accepthe felt the fear of losing someone.
    nike shoes
    nike discount shoes
    ,cheap puma shoes
    nike shox shoes
    chaussures nikeHow he damned the Gods...!!
    nike free shoes How he hated himself....for taking so long to realize his mistake!! That was in 1996.
    buy shoes onlineYou may painfully regret, only to realise that it is too late.

    RépondreSupprimer
  6. Anonyme16.4.10

    D'accord, il y a bien sûr l'utilisation de filtre infrarouge, mais surtout une pellicule qui est justement spécialement sensible à l'infrarouge, c'est-à-dire au spectre de sensibilité élargi.
    Jean-David

    RépondreSupprimer
  7. Anonyme29.8.14

    Un beau film en noir et blanc "casse" le tout venant de la couleur. Pour ma part c'est souvent un plus qui me fait acheter ma place de cinéma. Dommage qu'un cinéaste comme Alain Corneau n'ait jamais tourné en monochrome.

    RépondreSupprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre:

1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) En dessous de Choisir une identité, cocher Nom/URL
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l'intitulé Nom
4) Cliquer sur Publier commentaire

Merci pour votre contribution!