28 février 2008

Effets nocturnes

L’épopée de Vincent le Magnifique touche bientôt à sa fin. Les 9 et 10 février nous sommes retournés en petite équipe sur les lieux du tournage pour photographier des textures, des façades, des arbres et des paysages afin de permettre à Marc Dubois de réaliser le plan d’ouverture du film. C’est un travelling sur plusieurs plans de profondeur, qui s’enfonce nuitamment dans la vallée et contourne les maisons du village pour s’arrêter devant la grange-cabaret où Vincent (le magicien) coupe ses assistantes en deux.

Marc nous avait briefé sur ce dont il avait besoin pour composer cette séquence, et il nous a accompagné sur le terrain pour récolter toutes les images RAW nécessaires.
Mon souci était de trouver les éléments dont il avait besoin (une grande colline, des arbres, des façades, des toits) tout en cherchant à photographier ces éléments en contre-jour, pour faciliter en post-production leur transition vers une “nuit américaine”. Les nuits sont en effet plus réalistes si le “key light”, la lumière principale, arrive sur les objets en contre-jour.
C’est pourquoi j’ai demandé à l’équipe de prévoir cette chasse photographique en fin d’après-midi et en début de matinée suivante, de façon à nous assurer un soleil plus rasant que plongeant.

Marc a ensuite composé et animé les photos en un magnifique paysage imaginaire, qui illustre à merveille la première phrase du scénario: “Extérieur nuit. La caméra s’engouffre dans une vallée”.
Un plan similaire, qui clôt le film, était confié en parallèle à la société parisienne d’effets spéciaux Mikros.