15 mars 2012

La grande époque des "flares" discrets


En revoyant quelques plans de "Close Encounters of the Third Kind" (Spielberg 1977), je me suis dit qu'il y avait une grosse différence entre les flares d'autrefois et ceux d'aujourd'hui. Ca tenait sans doute à une certaine élégance, une façon discrète de les assumer sans les surligner.

Ceux des années 70 et 80 étaient rares parce que considérés comme des erreurs graves, à moins que la source ne soit dans le champ.
Heureusement les diktats stylistiques se sont assouplis: de nos jours un chef op peut recourir au "flare" sans risquer la chaise électrique.

Aujourd'hui c'est même l'extrême inverse: les éblouissements ne sont plus seulement tolérés mais de rigueur, en tournage et en post. C'est parfois compréhensible, comme dans le dernier "Star Trek". Et souvent "à côté de la plaque" comme dans la majorité des films, des clips et des pubs qui sortent depuis 2 ans.

Méfions-nous de ces modes. Ces images maniérées vieilliront beaucoup plus rapidement que celles qui sont élaborées avec un souci de cohérence et de retenue.
L'année dernière, J.J. Abrams voulait rendre hommage aux films des années 80 en truffant son "Super-8" de flares. Il est passé doublement à côté de son objectif: ses effets étaient à la fois vulgaires et anachroniques.
Excusez ce léger mouvement d'humeur.

Malgré les souvenirs de certains, il y a finalement peu de flares dans Blade Runner. Ce sont plutôt des halos autour des hautes lumières qui signalent une atmosphère chargée de particules.

Peu ou pas de flares dans le trailer de Prometheus.

Serions-nous en train de sortir d'une époque de "flaring" forcené? 

Pour finir avec un sourire:

26 commentaires:

  1. ca fait un moment que je me pose la question... devrais-je rajouter des options de flares dans RAIN??? moi j'aime les lens flares, mais est-ce que un DoP a envie de jouer avec?

    RépondreSupprimer
  2. J'avoue qu'un petit flare - bien placé, hein - ne me déplait pas, je suis même plutôt fan. En revanche, le flare de post, j'ai plus de mal...
    Mais l'abus de flare est dangereux pour la santé quand même, donc faut pas être trop gourmand.
    Tu n'exposes pas l'utilisation que tu en fais, toi. Qu'en est-il ?

    RépondreSupprimer
  3. Bon pour moi, j'en vois tellement partout que je suis en cure de désintox. A chaque flare je sursaute. Donc je ne suis pas vraiment objectif. J'avais posté sur le sujet en 2008 et 2010, mais sans m'attarder sur mes propres flares.
    Je me rappelle avoir imposé des flares dans les années 80, en essayant très fort d'ignorer les cris d'effroi de l'équipe. Certaines images nécessitent des flares, d'autres pas. Je crois que par-dessus tout, je me méfie des modes visuelles.

    RépondreSupprimer
  4. Oui Dan, les DoP vont sans doute vouloir recourir à des flares, ne serait-ce que pour booster des images. Un outil comme RAIN devrait répondre à ce genre d'attentes, même si elles sont illégitimes.
    Mon post est plutôt une réflexion sur une pratique courante.

    RépondreSupprimer
  5. @Pascal: j'en prends bonne note (en clair je vais m'y mettre). Mais bon, si on evite les lens flare facon Georges Lucas, il y a une infinite de flare possibles et effets associes qui peuvent etre tres discrets mais aussi enrichissants pour les images. Perso, je ne sais pas a quoi pourrait ressembler Bladerunner sans flares.... mais pour moi ca lui ajoute un plus non negligeable

    RépondreSupprimer
  6. Thomas15.3.12

    Je me posais plus ou moins la même question que toi Pascal, mais je me demandais à quel moment cela dessert la narration et n'est pas juste esthétisant? En d'autres termes y aurait-il des moments ou le flare serait vraiment justifié?
    Mis à part pour produire un effet d'éblouissement, je ne vois pas trop. Je me dis que l'image ne doit jamais prendre le pas sur la narration, tout en travaillant dans son sens.

    RépondreSupprimer
  7. @Thomas: si l'image a pris le pas sur la narration il y a certainement d'autres problemes dans le film .... ou l'equipe pour etre plus precis. J'insiste, dasns le cas de Bladerunner, les flares ajoutent bcp a la narration (meme illustrent bien le monde decrit par Philip K. Dick).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Dan, tu aurais de bonnes images "flarées" de Blade Runner que je pourrais publier ici?

      Supprimer
  8. @Pascal: je ne crois pas que tu peux publier des images rippees du BlueRay... donc voici quelques links:

    http://images.wikia.com/bladerunner/images/1/18/St_bladerunner_f.jpg
    http://metavideogame.files.wordpress.com/2008/05/blade-runner-sky.jpg
    http://2.bp.blogspot.com/-ekGNu-cDCiA/Tk5RQ4zq5FI/AAAAAAAAAZg/stGchVVGMVM/s1600/blade-runner-original.jpg
    http://image.guardian.co.uk/sys-images/Arts/Arts_/Pictures/2007/08/30/bladerunner460.jpg
    http://graphic-engine.swarthmore.edu/wp-content/uploads/2008/09/blade-runner.jpg
    http://images.allmoviephoto.com/1982_Blade_Runner/1982_blade_runner_the_final_cut_008.jpg
    http://media.smithsonianmag.com/images/Blade-Runner-movie-631.jpg
    http://images.wikia.com/bladerunner/images/7/73/BladeRunner_Spinner.jpg

    Pour moi les lens flares ici montrent bien la pollution excessive du Los Angeles de Bladerunner. Cette atmosphere est bien decrite dans le livre et justement les lens flares sont exacerbes quand l'air est charge en particules, en l'occurence la pollution (mais ca marche aussi en hiver)

    RépondreSupprimer
  9. Yann FAD31015.3.12

    Concernant Super 8 je me pose la question depuis le premier flare de ce film jusqu'à aujourd'hui de savoir ce que voulais bien signifier ces effets un peu à tout va? est-ce que je suis passé à côté de qqch? est-ce que c'est censé annoncé qqch? une certaine forme de présence?
    L'image montrée ici est encore assez cohérente car une forte lumière venant du projecteur super 8 nous éblouis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème à mon avis dans cette image, c'est que le flare nuit à la lisibilité de la scène et attire trop l'oeil. Si je me souviens bien, ça m'avait gêné malgré la performance de Elle Fanning...

      Supprimer
  10. David15.3.12

    Ah zut les images ne s'affichent pas (_( Pardon

    http://www.servimg.com/image_preview.php?i=1535&u=10082455

    http://www.servimg.com/image_preview.php?i=1536&u=10082455

    http://www.servimg.com/image_preview.php?i=1534&u=10082455

    RépondreSupprimer
  11. Les flares de Blade Runner sont somme toute assez légers et discrets. Rien à voir avec ce qu'on peut voir dans le clip aujourd'hui...
    Au passage, je ne me souvenais plus de ce plan de Close Encounters. Il est à tomber.

    RépondreSupprimer
  12. Pour moi, le flare n'a aucune signification, il a été imposé par les lentilles, et le jeu a toujours été de les reproduire dans les images truquées pour les amalgamer au mieux avec les autres plans.
    (Les plans truqués étant filmés en vistavision, pour des films en anamorphique)
    L'un des premiers films a les recréer a été Dragonslayer, streaks horizontaux grossiers pour l'époque bien sur, mais considérés comme pointus a cet age de pierre.
    Ensuite, le flare a été l'une des armes les plus efficace pour noyer le poisson, fondre les éléments rajouté dans l'image, la salir a l'identique du reste pour la rendre aussi organique.
    Un peu comme on utilise aujourd'hui le bougé/tremblé de camera, pour rendre l'image plus banale et humaine.
    Dans blade Runner, cette passe supplémentaire de flare permettait justement de mieux intégrer l'effet, le flare étant un vrai flare et non pas recréé en animation, il ajoute de la crédibilité de l'image.

    Comme toute bonne idée bien intentionnée elle a fini par devenir un "style", surtout grâce a ce vous dite "l'acceptation du défaut".
    (Bien que je me rappelle que sur un film d'époque justement, on m'avait demandé d'effacer quelques flares, jugés justement trop modernes)
    Autant j'adore star trek, autant l'obsession du flare de JJ.abrams me déconcerte et m'amuse a la fois.
    (Jusqu’à les créer volontairement avec des lampes torches sur le plateau)
    Pour un film de SF, cela ne m'a pas trop énervé, mais pour super-8......quand il franchit la limite c'est clairement distractif, en effet!

    Un plug génial comme Opticalflare a permis a cet artifice de briller partout de sa présence, pour le pire ou le meilleur (a l'instar du shaky-cam).
    (On ne remercie pas au passage Michael Bay :)
    A défaut d'une personnalité, ça fait du style.... ça habille...
    L'effet qui monte en ce moment c'est le focus, ça aussi ça va devenir très a la mode. (Plus difficile a appliquer cependant, mais il existe maintenant des camera sans point focus, alors...)

    RépondreSupprimer
  13. et alors les lens flares de Prometheus? il y en a un peu quand meme et ca semble passer tres bien non?

    RépondreSupprimer
  14. Il y a très peu de flares dans le nouveau trailer de Prometheus. Je vais poster 2 images parlantes.

    RépondreSupprimer
  15. Adeline18.3.12

    Arf vivement que sorte Prometheus , il a l'air vraiment extra .
    Alors dite moi si je me trompe , mais moi j'ai vu des lens flare hier dans Heat de Michael Mann ? ( Si ceux sont bien des lens flares , ils sont utilisés de manière très légère , notamment dans la scène de fin que je trouve mangifique . )
    Après je me demande aussi si ces lens flare sont voulus ou non ? Si vous avez la réponse ^^

    RépondreSupprimer
  16. A l'époque il fallit les vouloir. Si tu en as vu, ils sont sans doute naturels. Comme c'est un film partiellement nocturne et que certaines sources sont dans le champ, c'était toléré.

    RépondreSupprimer
  17. Merci Thierry pour les précisions dans le domaine des effets spéciaux. C'est vrai qu'un bon vieux flare c'est pratique pour cacher un compositing approximatif.

    RépondreSupprimer
  18. Adeline18.3.12

    Ok , merci pour cette réponse , je me disais aussi .
    En tout cas naturels ou non , ils donnent un réel plus à cette scène . Ils devraientt justement l'utiliser ainsi aujourd'hui .

    RépondreSupprimer
  19. merci,
    Prometheus étant tourné en numérique (la Red Epic, je crois) les retours parasites sont très faibles, là pour le coup il faudrait vraiment les vouloir.
    Mais la vrai raison de leur absence tiens au fait qu'il est tourné en relief et que les flare ne sont pas des bons amis du relief, ca parasite vraiment la vision binoculaire.
    Déjà que le relief n'est pas toujours facile à assimiler...

    RépondreSupprimer
  20. Loïc30.3.12

    Bonjour,

    Voilà un sujet intéressant, moi qui suis confronté à ce genre de demande dans les clips.

    Si à la base, le flare peut avoir son charme sous condition qu'il est une justification, je trouve maintenant qu'il sert simplement à meubler l'image.
    J'ai aussi l'étrange sensation qu'il intervient pour combler des faiblesses artistiques. En gros on ne réfléchit plus à comment construire dans certains cas un cadre, à rechercher une composition agréable, on met un flare pour combler les trous et se donner l'impression qu'il se passe quelque chose à l'image, qui, sans ce flare, serait probablement plate.
    Je sais pas si je suis clair. ^^

    Malgré tout je suis d'accord qu'il puisse venir sauver un plan et cacher un souci technique, etc... Là je dis pourquoi pas.
    (A noter qu'il doit y avoir bcp de soucis techniques ds les clips actuels... XD )

    Bref, un excès d'effet n'est jamais bon. Surtout si cet effet suis simplement une mode et enlève toute justification. Et malheureusement c'est souvent le cas dans les clips ou films depuis quelques années.

    RépondreSupprimer
  21. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  22. Petite moquerie des flares d'Abrams pour la detente^^
    http://www.youtube.com/watch?v=dJxj1mou03M

    RépondreSupprimer
  23. Salut,
    Dans prometheus j'en ai vu plus que ça.. le flare anamorphique bien horizontale est le plus sexy selon moi. Dans prometheus il me semble qu'il y en avait à 3 ou 4 reprises.

    RépondreSupprimer
  24. Sirio14.4.14

    Bonjour a tous et à Pascal
    Je vous écris car je ne trouve pas un endroit que je n'ai pas fouillé sur internet ou poser mon problème de flares.
    Je suis un réalisateur qui travaille en grotte et actuellement je suis sur des projets extrêmes ou je suis obligé de faire, non seulement le réalisateur, mais aussi le caméraman, opérateur, lumières, etc... Mais, ça ne s'arrête pas là, il s'agit de documentaires où de dois prendre des images à la volée, parfois je n'ai pas d'autres lumières que celles lampes frontales des spéléologues et là, surgit un problème, pour chaque lampe, j'assiste à la naissance d'un fantôme vert à l'opposé de l'image. Vous pouvez voir des exemple et test que j'ai fait ici:
    https://www.dropbox.com/sh/lmw2o7yc4u67e0l/-Y6CpQAuxA
    Vu que dans mon sac à dos je dois tout avoir, je suis contrains de travailler avec du matos miniaturisé, je filme donc avec la GH3 et l'objectif Panasonic: H-HS12035. C'est un bon objectif polyvalent et lumineux au détail près que lorsqu’il reçoit une lumière frontale, il flare tout de suite et beaucoup. Pour moi c'est un gros problème, car dans mon cas, il ne s'agit pas d'une préférence artistique, mais d'un vrai fantôme intrus dans l'image. S'il y a 5 spéléologues dans mon image, il y aura 5 fantômes qui les accompagnent.
    Voilà, quelqu’un connaît une solution sans que je doive racheter une nouvelle photocamera? (Beaucoup de vous seraient tenté de me proposer la Sony a7S... Moi aussi :)

    RépondreSupprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre:

1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) En dessous de Choisir une identité, cocher Nom/URL
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l'intitulé Nom
4) Cliquer sur Publier commentaire

Merci pour votre contribution!