28 février 2009

Tournage nocturne

© Christophe Persoz

Lors de ma récente visite au Micro Salon, l'électro et ami Gaël Carrière (avec qui j'avais entre autres travaillé sur "Vincent, Le Magnifique") m'a proposé d'aller voir un tournage nocturne à Montmartre.
C'était un long-métrage avec François-Xavier Demaison (le Coluche de De Caunes), et la réalisatrice était une femme. Donc ça ne pouvait ni être "Le Petit Nicolas" de Laurent Tirard, ni "Miss Oliver a filé à l'anglaise" de Claude Zidi. Deux films listés comme étant en prod pour Demaison. Mystère, donc, sur le titre.

Le reste était plus éloquent: la lumière lunaire provenait d'un gros HMI parqué sur un toit, HMI muni d'une gélatine vert/jaune dont je ne me souviens pas du nom. Elle est souvent utiisée pour les extérieurs nuit réalistes.
Plus proche de la caméra, au premier étage de la maison, deux projecteurs gellés en orange et diffusés boostaient la lumière "sodium" des réverbères. Et au-dessus de l'aire de jeu, une Luciole Nano, elle aussi gellée en orange.
Gauche cadre, presque entièrement caché par une blonde en doudoune noire, vous pouvez distinguer un Kino 120 4 tubes vertical. Ce Kino (qui jouait visiblement le rôle de "fill"), était modifié entre chaque prise (avec ou sans nid d'abeilles, avec ou sans Depron) sans que le chef op ne paraisse jamais satisfait de son effet.

26 février 2009

Grand Palais, intérieur nuit


© AFP Patrick Kovalski

Pour avoir vu récemment les lieux en plein jour, ce qui me frappe dans cette photo de la vente par Christie's de la collection Bergé/St-Laurent, c'est la magnifique mise en lumière de l'événement.
Je reste fasciné comme au premier jour par les possibilités de révéler un lieu par la simple projection d'ombres et de lumières.
Le même décor, de jour:

25 février 2009

Scintillation

Ce court-métrage expérimental joue avec la lumière et les optiques pour créer une atmosphère onirique. La fin est un peu molle, mais la première partie force le respect.
Merci Alexandre pour m'avoir signalé cette merveille.

Lumière nordique


Cliquez sur l'image pour l'agrandir

La bande-annonce d'Everlasting Moments, un film suédois qui ressemble furieusement à un "must see", est truffée d'images pures, simples, sans affectation. Les couleurs et le grain sont pour beaucoup dans le charme qu'elles dégagent, mais je retrouve l'esprit du grand Sven Nykvist dans cet amour des lumières du Nord.

Chef op:
Mischa Gavrjusjov. J'avais vu son "Ronja Rövardotter", un film pour enfants, au Festival de Berlin en 1984. Le film était drôle, mais c'est ce titre improbable qui m'est resté en mémoire depuis ;-) Voilà que je retrouve l'énergumène au générique d'un film qui s'annonce majeur, et qui a déjà été nommé pour le Golden Globe 2009 du meilleur film étranger.

24 février 2009

Morning glory

IMG_0169Madrid

Juste pour le plaisir des yeux, Madrid au lever du soleil.
Photo prise pendant mon petit déjeuner, lors d'un tournage tout récent dans de bons restos madrilènes. Oui je sais, j'ai un métier pénible.

23 février 2009

John Adams, un festival de cadres







La photo du film à épisodes John Adams frappe par sa dynamique. Le chef op Tak Fujimoto, un vétéran au CV copieux, a sans doute voulu décaper les conventions des "films en costume".

Si la lumière est relativement classique (bien que les images soient souvent vignetées, sous-exposées et désaturées), ce sont surtout les cadrages qui frappent par leur inventivité et leur audace. Grands angles, "dutch angles" (horizons de travers), profondeur de champ expressives, lignes de fuites, déséquilibres des masses, perspectives fuyantes, c'est un véritable festival.
Bien évidemment, la majorité du film est tournée de façon classique, sinon le procédé serait lassant. Mais on sent un plaisir du cadre même dans les plans les plus sages.

J'ai composé une galerie à partir de captures d'écran des deux premiers épisodes, je vous laisse y jeter un oeil.

John Adams

John Adams est un film en 7 épisodes. Produit par Tom Hanks pour HBO, réalisé par Tom Hooper. Site officiel ici.

13 février 2009

La lumière des cîmes


© Alexandre Deschaumes 2009

J'ai rencontré récemment un jeune photographe, Alexandre Deschaumes. C'est lui qui prendra les photos qui serviront de fond pour certaines séquences du prochain film auquel je participe, dont les images devront évoquer l'Enfer et le Paradis ("Au nom du Père" de Gesenn Rosset).
Quand j'ai découvert ses photos, j'ai immédiatement su comment éclairer le Paradis. Vous comprendrez si vous allez musarder dans sa galerie, et en particulier dans la Vallée de Névache.
Comme vous le constaterez, Alexandre est un poète de la lumière naturelle, mais pas pour autant du réalisme.
Ses tirages sont aussi à vendre. Une jolie idée cadeau.
Bonne visite!

09 février 2009

Reflets du Micro Salon 2009


L'une des caméras originales de Slumdog Millionaire: une SI 2K avec mini moniteur qui passait inaperçue dans les rues de Mumbai.


La bestiole vue sous un autre angle.

Bien que pauvre en réelles nouveautés, ce Micro Salon était très copieux: deux jours au lieu d'un, c'est deux fois plus de rencontres, et plus de temps pour s'attarder sur les stands.

Caméras: à part la SI 2K qui se fait remarquer par sa taille et le succès du film de Danny Boyle, rien à signaler. La version HD de la Penelope de Aaton se fait toujours attendre, et les géants de l'électronique alignent des caméras qui n'ont pas vraiment évolué depuis un an.
2009 aura marqué la naissance d'une vraie crédibilité de la RED One (j'en parlerai dans un post ultérieur).


Le stand K5600

Lumière: comme d'habitude, K5600 n'était pas venue le mains vides. Son Bug a gagné en puissance (le Bug a Beam 800W) et il présentait un dispositif qui transforme son fameux Alpha en Space Light ou en spot.
Rosco présentait des produits intéressants comme les gélatines polarisées qui, combinées à un filtre pola sur la caméra, permettent de contrôler la surexposition des fenêtres sans affecter la lumière dans la pièce. Un ancien procédé qu'ils ont rendu pratique. Ca fait plaisir de voir Rosco se remettre à l'innovation après quelques décennies de paresse.
Kobold sortait un Par HMI étanche particulièrement léger aux finitions très soignées.
Les diodes sont de habituées du Salon, il y en a chaque année un peu plus. Reste à améliorer le rendu des couleurs, un vrai problème que quelques exposants ont choisi d'affronter avec plus ou moins de bonheur. C'est pas encore tout à fait ça, mais la solution la plus convaincante était la Kelvin Tile proposée par Element Labs (de 2500 à 6500° K).
Rosco a par ailleurs étoffé sa gamme de Lite Pads dont on avait déjà parlé ici l'année passée.


La Kelvin Tile

Pellicule: les 2 rivaux de toujours se tirent amicalement la bourre devant des techniciens qui comptent les points. J'ai assisté à la projection d'images en High Key tournées sur la Fuji Eterna Vivid 160, et j'ai été bien bluffé par la qualité des contrastes et la restitution des hautes lumières.


Photo prise dans la salle avec mon iPhone. Ca ne vous donne qu'une vague idée de la beauté de l'original.

Une petite partie de l'équipe d'Océans, le futur film produit par Perrin dans la lignée du peuple migrateur, nous a projeté des rushes de ce qui promet de constituer un aboutissement dans le domaine des films sous-marins. Axée sur le thème du mouvement (comment faire pour suivre ou précéder un dauphin ou un thon lancés à pleine vitesse, en HD ou en 35mm), la présentation tournait surtout autour de la machinerie développée spécialement pour ce tournage. On retiendra surtout un système de stabilisation numérique (et non plus gyroscopique pour éviter un surpoids), et un scooter sous-marin digne de James Bond.

Puisqu'on en est à la machinerie, signalons les éléments aussi ingénieux que robustes développés par Key Grip Systems dont les plateformes, bazookas, high hats et autres rails innovent dans un domaine où l'on croyait avoir déjà tout perfectionné. Ses roues en Y s'adaptent par exemple très facilement à des rails non rectilignes, tout en assurant un déplacement très fluide de la plateforme.
Une petite société, Fluid Motion, démontrait à elle seule l'ingéniosité française en matière de mécanique de précision. Ses fixations sont presque des oeuvres d'art.

03 février 2009

Macro Spot et Micro Salon

video

Je me fais un peu rare ces derniers jours, mes excuses… Pour me faire pardonner, je vous propose un joli spot de pub dont les images (focales, lumière et mouvements de caméra) sont particulièrement soignées. L'original se trouve ici.
Je serai au Micro Salon ce vendredi et samedi, on pourrait s'y croiser.
A très bientôt pour des posts plus fréquents.